né le 10 novembre 1868 à Yamakawa et décédé en 1957, est le fondateur du karaté Shotokan.

Gichin Funakoshi est le descendant d'une lignée de bushi (samouraïs), famille qui, dans le passé, avait été vassale de la noble dynastie des îles Ryūkyū.

 

À l'âge de 11 ans, il s'était déjà fait un nom dans le style d'art martial des îles Ryūkyū. Commençant sa formation avec le Maître Azato Anko, il ne mit pas longtemps à égaler son maître en habileté et à partager avec lui le sentiment d'être « l'artiste martial le plus accompli » dans le domaine. Il apprit également le karate-jutsu (signifiant « l'art technique de la main vide») avec Maître Anko Itosu. Ses deux professeurs furent impressionnés par sa noblesse de caractère.

 

Comme au cours de ses années il a poursuivi sa formation et a continuellement développé ses remarquables qualités.

En 1922, à l'âge de 54 ans, il présenta le karaté-jutsu d'Okinawa au premier ministère de l'Éducation (aujourd'hui ministère de l'Éducation, de la Science, des Sports et de la Culture). Cette présentation, la première démonstration publique du karaté-jutsu au Japon, eut un succès incroyable. Et l'artiste martial précédemment inconnu Funakoshi Gichin est, en un instant, devenu célèbre dans tout le monde des arts martiaux japonais.

 

Immédiatement, le fondateur du judo moderne, Kano Jigoro, invita Maître Funakoshi et son pupille Gima Shinkin au dojo du judo Kōdōkan pour qu'ils fassent une démonstration de katas. L'évènement remplit le dojo Kodokan. Il a été si bien reçu que Maître Funakoshi se trouva pressé de tous les côtés pour rester à Tokyo.

Encouragé par l'opportunité de promouvoir l'art martial pour lequel il avait tant fait, Maître Funakoshi commence à l'enseigner plus tard au Meiseijuku de Tokyo, un dortoir pour les étudiants d'Okinawa. En 1922, il publie un livre intitulé « Karaté de Ryūkyū Kempo ». C'était la première exposition formelle au Japon sur l'art du karaté-jutsu. Non seulement était-il frais et romancé, mais en plus il était admirablement bien écrit, et il créa immédiatement un engouement sans précédent pour le karaté. Il a cinquante-quatre ans lorsqu'à la demande du gouvernement japonais, il fait une démonstration de l'art de l'autodéfense. Cette date marqua l'entrée au grand jour du karaté-do, qui se répandit sur l'archipel nippon puis, après la Seconde Guerre mondiale, dans le monde.

Étant donné que la popularité du karaté-jutsu commençait à s'étendre, Maître Funakoshi produisit la première « certification du rang de dan » en avril 1924.

 

En 1929, après mûre réflexion, il a également changé le nom de karaté-jutsu (« l'art martial de la main chinoise ») en karaté-do (« la voie du karaté » ou « la voie de la main vide »). Il a ensuite défini les vingt préceptes du karaté et établi une grande philosophie de cet art martial.

Enfin, la voie du karaté a été reconnue et a gagné en popularité à travers tout le Japon. Le nombre de personnes voulant commencer la formation a tellement augmenté qu'il est devenu difficile de trouver un endroit pour pratiquer. Ainsi, en 1939, Maître Funakoshi établit le dojo du « Shotokan », qu'il fit construire à ses propres frais. « Shoto » est le premier prénom qu'il utilisait quand il faisait de la calligraphie et écrivait de la poésie. « Shoto » signifie « vagues de pins », et fait référence au bruit du vent soufflant à travers les pins, qui ressemble au son des vagues de l'océan.

À ce moment-là, Maître Funakoshi enseignait depuis longtemps le karaté aux étudiants. Par conséquent, des clubs de karaté s'étaient mis en place dans les établissements d'enseignement supérieur partout au Japon : c'est une autre raison pour laquelle le karaté est devenu aussi respecté aujourd'hui.

Dans les raids aériens de la Seconde Guerre mondiale, le dojo Shotokan fut détruit, et la croissance du karaté s'arrêta temporairement. Mais après la guerre, des élèves de Funakoshi se regroupèrent et en 1949, ils formèrent la JKA (Japan Karate Association) avec le but d’établir le karaté comme sport de compétition. Funakoshi refusa de soutenir cela, mais fut quand même nommé « instructeur d'honneur », un honneur qu’il n’accepta jamais. Karaté-do et compétition n’étaient pas compatible à ses yeux. Il a alors nommé comme successeur un uchi deshi (Jikideshi), qui suivait aussi les valeurs éthiques de l’art martial : Shigeru Egami. Celui-ci créa avec d’autres élèves de Funakoshi la NKS (Nihon Karate-dō Shōtōkai).

Le 10 avril 1957, le ministère de l'Éducation a reconnu officiellement la JKA. Seize jours plus tard, à l'âge de 89 ans, Maître Funakoshi mourut. Un grand mémorial public a été tenu à Ryogoku Kokugikan (Ryogoku National Sumo Hall), occupé par plus de 20 000 personnes, y compris beaucoup de célébrités venues témoigner leur respect.

Un monument commémoratif pour Maître Funakoshi a été construit au temple Enkakuji, à Kamakura.

ENTRAINEMENTS

Mardi-Vendredi

​Atémi Ju-Jutsu Adultes

20h30-22h00

Samedi

Atémi Ju-Jutsu Enfants ( 8 à 10 ans)

11h00-12h00

 

Atémi Ju-Jutsu Adolescents ( 11 à 15 ans)

10h00-11h00

ADRESSE

Gymnase Lacoste​

 Dojo Jacques SERE 

24 rue pasteur

33560 Carbon Blanc

Renseignements

Mardi et vendredi 

   17h30-​​20h30

Tél : 05.56.74.61.01

CARTE

Association

Ecole Atemi Ju Jutsu Kan

Enregistre en préfecture de Bordeaux

R.N.A. N° W332023863

ATEMI JU JUTSU KAN, FIAMT,JU JUTSU CARBON-BLANC, SELF DEFENSE,CACBO,

Partenaire

Ippon Star

85 Avenue Jean Jaurès

33150 Cenon
05 56 32 94 02

http://www.ipponstar.com/boutique/

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK ET YOU TUBE  

  • Facebook Social Icon
  • Ecole Atemi Ju Jutsu Kan YouTube